Installé à Polignac, route des Estreys, la Distillerie des Bughes « Home Distillers » a créé le tout premier whisky de Haute-Loire ! Une distillerie qui ne demande qu’à s’épanouir et faire découvrir son savoir-faire. Elle est dotée d’une boutique, d’un espace de dégustation accueillant, et d’un parcours de visite guidée autour de la fabrication du whisky. Laissez-vous tenter par la visite… sans modération.

Il était une fois… le tout premier whisky single malt de Haute-Loire

Tout a commencé par le loisir. « Au départ, avec mon frère, on faisait du whisky juste pour le plaisir », se souvient Bérenger Mayoux. Mais voilà, le jeune homme s’est rapidement pris au jeu… « Ça m’a beaucoup plu ! » Ni une ni deux, Bérenger s’est équipé pour réaliser les meilleurs distillats possibles. En 2017, il se lance ainsi à plein temps dans la fabrication de spiritueux à Solignac-sur-Loire. Une aventure « un peu folle » dans laquelle l’a pourtant rejoint sa (future) femme, Marion Liogier en 2019. Deux ans plus tard, le couple s’installait dans la Distillerie des Bughes actuelle, à Polignac, route des Estreys.

Il était une fois… le tout premier whisky single malt de Haute-Loire, Auvergne

Les 3 ans de vieillissement atteints, ils proposaient alors en 2020, le tout premier whisky single malt de Haute-Loire ! Dingue, n’est-ce pas ? Depuis, ils ont même élargi leur gamme : gin, vodka, rhums et même liqueurs de verveine en partenariat avec la Maison Marcon de Saint-Bonnet-le-Froid. « Une diversification rapide a été indispensable, car le temps de vieillissement du whisky est particulièrement long. Et en attendant, il faut bien vivre de quelque chose… » Autant d’élixirs à retrouver dans leur boutique des Estreys.

Et si on se laissait tenter par une visite ?

Mais Bérenger Mayoux voit encore plus loin. Désireux de faire découvrir son savoir-faire au plus grand nombre, il ouvre régulièrement les portes de sa distillerie aux amateurs de spiritueux, mais pas que… « Moi-même, je n’aimais pas le whisky quand j’ai commencé à distiller. » La preuve que rien n’est ancré et que la passion d’une vocation née parfois quand on s’y attend le moins…

Distillerie whisky en Haute-Loire, Auvergne

Même pour ceux qui ne raffolent pas du breuvage, la visite de la petite entreprise familiale reste donc un plaisir. L’accueil y est chaleureux et la décoration mêlant vintage et grande modernité, éveille la curiosité. Mais le clou du spectacle est dans l’arrière-boutique… Un immense alambic en cuivre rouge charentais de 2000 L, dont Bérenger doit l’entière rénovation à son papa. Quand on vous dit que le whisky de Haute-Loire est une histoire de famille !

Alambic en cuivre rouge charentais de 2000 L en Haute-Loire, Auvergne

Un chai de fûts de chênes bien particuliers qui donne au whisky un goût singulier

La distillerie dispose aussi de son chai : des fûts de chênes reponcés et rebrûlés d’un tonnelier du Calvados. « Ils sont autrement dit recyclés, précise Bérenger, notamment pour sauvegarder la ressource en arbres. » Une particularité qui donne une véritable identité au whisky des Estreys. Son goût est singulier. « Le ton est globalement plus végétal. On sent plus la céréale que le bois. Mais sur nos 9 produits maltés, il n’y en a pas deux qui ont le même goût. »

Un chai de fûts de chênes bien particuliers qui donne au whisky de Haute-Loire (Auvergne) un goût singulier

Chacun réserve donc son lot de surprises avec de quoi satisfaire tous les palais, même les plus difficiles… « Nous avons par exemple le Petit Beurre, qui s’éloigne un peu des codes du whisky. »

6 choses à savoir la Distillerie des Bughes

 

  • « Pour faire simple, le whisky est une bière (grossière et non houblonnée) que l’on distille, puis qu’on fait vieillir », précise Bérenger Mayoux. Et plus de 50 % des céréales (orge) utilisées par la Distillerie des Bughes sont locales.

 

  • Leur whisky est issu d’un brassage artisanal lent qui développe un maximum d’arômes et d’une distillation précise qui sélectionne les meilleurs alcools : « un bon whisky doit déjà l’être dès la sortie de l’alambic, avant tout vieillissement ».

 

  • On y trouve des alambics traditionnels en cuivre martelés à la main. Avec leur forme d’oignon et leur col de cygne court, ils produisent des alcools gras, plus faibles en alcool et plus chargés en arômes.

 

  • La petite entreprise familiale prévoit de nouveaux produits pour compléter sa gamme déjà bien fournie et donne d’ores et déjà rendez-vous en 2029 pour leur premier « 10 ans d’âge ».

 

  • Certains restaurants de Haute-Loire proposent le whisky de la Distillerie des Bughes sur leur table. « C’est l’une de nos meilleures vitrines !»

 

  • Chose rare dans une distillerie : un rayon spiritueux « en vrac » permet aux clients de faire des économies, tout en étant acteurs de l’écologie !

« Home Distillers » et son whisky made in Haute-Loire n’a pas fini de nous surprendre !

« Home Distillers » et son whisky made in Haute-Loire n’a pas fini de nous surprendre !

Pratique :

  • Visites guidées sur rendez-vous : 06.42.05.90.91
  • En juillet, août et décembre, la boutique est ouverte du mardi au samedi de 10 heures
  • à 18 h 30. Le reste de l’année, uniquement le samedi de 10 heures à 18 h 30.

En savoir plus

Thématiques

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu